Radulovic, d’une Saison à l’autre, Episode II. 2010 – 2011.

Aller en bas

Radulovic, d’une Saison à l’autre, Episode II. 2010 – 2011.

Message  NemanjaFan le Mer 17 Aoû - 21:57

Radulovic, d’une Saison à l’autre, Episode II. 2010 – 2011.

Dans quelques jours, Nemanja Radulovic clôturera sa Saison en famille, avec un concert des Trilles du Diable en Serbie. Ensuite, sans doute quelques jours de relâche avant de se lancer dans de nouveaux projets dont certains sont déjà connus. L’occasion de jeter un œil sur ce qu’il a accompli au sein d’une Saison artistique riche à bien des égards.
Cette Saison, Radulovic se sera produit 49 fois sur scène pour 63 rendez-vous la Saison dernière (en dehors des enregistrements radio, entretien internet, show cases, etc...).
Géographiquement, quelques beaux déplacements avec l’Italie (Torino) où des contacts durables semblent s’être établis avec l’Orchestre de la RAI, l’Angleterre (Londres) pour de superbes Débuts au Cadogan Hall avec le Royal Philharmonic Orchestra, l’Allemagne (Münster pour 4 dates) où des liens affectifs donneront vraisemblablement lieu à d’autres opportunités , l’Espagne (Madrid, Tenerife et un nouveau rendez-vous à Valencia), l’Argentine pour de prestigieux et émouvants Débuts au Teatro Colon de Buenos Aires, la Serbie à deux reprises, le développement de sa carrière asiatique avec au Japon, un rendez-vous soliste et une tournée pour la promotion de l’album des Trilles du Diable (Tokyo, Hyogo et Tapei), la Suisse et enfin, la Belgique pour de fracassants succès à Mons et à Bruxelles en la superbe Salle Horta des Beaux-arts.
Du côté des répertoires, on retiendra les grands Concerti bien sûr, le Paganini prit une revanche éclatante sur la prestation mal encadrée de l’année dernière. Radulovic le rencontra avec bonheur à pas moins de 7 reprises avec une radiodiffusion et de deux précieuses captations vidéo (en attendant, on voudrait l’espérer, une gravure officielle quand ce dernier lui aura livré tous ses secrets notamment au premier mouvement). Si le Paganini et ses ébouriffements se définirent par leur lumière médiatique, le Tchaikowsky en sa fidélité, se fit de plus en plus serein pour ce que nous retiendrons comme quelques-uns de ses rendez-vous les plus remarquables et remarqués artistiquement : Londres, le magnifique Cadogan Hall et l’aristocratique Royal Philharmonic Orchestra ; Buenos Aires, le mythique Teatro Colon pour une scène que les plus grands Artistes ont foulé, Mons et surtout Bruxelles où la première scène nationale vit un tumultueux succès personnel. Là aussi, des souvenirs avec deux radiodiffusions même si le son argentin s’avèrera précaire. Côté archives justement, on regrettera que le très rare Concerto de Miechyslaw Karlowicz n’ait pas été capté lors des trois concerts à Münster ou encore que les trois rendez-vous avec le Prokofiev avec l’Orchestre de Picardie aient été annulés, de façon bien compréhensible (Le Japon l’entendra lui en février 2011). Le Concerto de Barber en ses qualités narratives réserva de bien belles surprises à Marseille et surtout à Paris à nouveau avec une précieuse captation radio. L’Espagne (Tenerife), elle, entendra son Beethoven à deux reprises. Cette Saison vit encore la promotion de l’album des Trilles à plus d’une douzaine de reprises notamment avec une tournée triomphale des Trilles, au Japon où Nemanja est désormais proprement adulé (notamment par un Fan-club particulièrement efficace), même si chaque concert se définit en un rendez-vous incendiaire, on attend désormais un renouvellement du répertoire et on nourrit l’espoir de la gravure d’un nouvel Opus officiel. Artistiquement, chaque occasion en la trop rare compagnie de Laure Favre Kahn s’avère précieuse par la qualité du programme et sa modernité interprétative (superbe souvenir de Fénétrange, Genève ou Gannat (France)). Enfin comment ne pas citer l’aristocratique Susan Manoff avec qui l’art du Récital retrouve toutes ses lettres de noblesse ? Susan, sa force tranquille, affectueuse avec qui, Nemanja Radulovic remontera sur scène quelques jours à peine après le drame familial qui le frappa en novembre afin d’honorer un rendez-vous caritatif qui lui tenait à cœur. Ce deuil qui conditionna sans doute à plus d’un titre la conduite de cette Saison artistique. Mais Susan, ce sera aussi la partenaire privilégiée pour la sortie discographique de cette saison avec un nouvel Opus pour Decca Universal et la gravure de trois Sonates pour Violon et Piano de Beethoven. Ce cd est un succès à tous niveaux et sera concrétisé par quelques concerts et promotions. Musicalement, en tout cas, indéniablement, une des plus belles réussites pour Nemanja en sa discographie avec l’album Mendelssohn.
Le premier trimestre fut passionnant à suivre pour ses admirateurs et sans doute, harassant pour le violoniste. Un calendrier inhumain, des rendez-vous médiatisés laissant des archives durables, des rendez-vous avec un répertoire valorisant encadré par des formations prestigieuses. Puis novembre et le drame qui endeuilla Radulovic. Il est difficile de dire dans quelles proportions, ce triste évènement conditionna la suite de sa Saison. Même s’il y eut sans doute d’autres facteurs extérieurs, les mois de décembre à janvier se firent plus « discrets » à tous niveaux. Après une nomination aux Victoires de la Musique dont on ne regrette nullement qu’elle échut à un brave instrumentiste dont nous avons déjà oublié le nom, un nouvel élan fut donné mi février sous l’impulsion des succès au Japon, en Belgique et en Espagne, mais il serait intéressant de voir comment un Artiste vit lui le calendrier d’une Saison en relation avec le ressenti du public qui le suit régulièrement. Ainsi, juin fut vécu comme une période d’absence pour ceux qui le soutiennent alors qu’il consacrait quasiment en secret, beaucoup d’énergie à pas moins de trois nouvelles gravures à paraître. On peut penser que Radulovic essaie désormais d’équilibrer davantage le temps qu’il consacre à sa carrière et à sa vie privée. Ainsi, l’été fut l’occasion de quelques beaux rendez-vous comme à Saint-Agrève dont il a accepté la direction artistique et où il a convié toute sa famille musicienne, mais, on constate un rythme moins frénétique que les étés précédents, les adieux aux Flâneries Musicales de Reims n’expliquant pas tout. Paris elle, s’habituant aux bonnes choses eut l’occasion d’entendre Radulovic à pas moins de neuf reprises entre septembre et avril. Depuis, on attend que l’absence de perspectives dans la capitale soit démentie notamment dans l’espoir de promotions pour les nouveaux Cds à venir ou encore lors d’opérations caritatives auxquelles Nemanja désire régulièrement consacrer du temps et de l’énergie.
Des cds à venir donc. Octobre 2011 verra la publication des 4 Saisons de Vivaldi, impatiemment attendue, encadrée par l’Ensemble amical pour ne pas dire familial, Double Sens. Sans nul doute que la tellurique vision de Radulovic fera couler beaucoup d’encre virtuelle. On peut parier qu’une comparaison inévitable avec Nigel Kennedy interviendra dans les critiques, compte-rendu et autre commentaire. Un Cd qui sera adoré ou détesté ! Il se dit que ce programme Vivaldi sera complété par une œuvre contemporaine du jeune compositeur serbe Aleksander Sedlar qui aurait écrit une pièce hommage pour la population martyre du Japon. Nemanja a de nombreux liens et amis désormais là-bas. Il était au Japon lors du tremblement de terre qui frappa la population. Radulovic raconta combien il fut touché par le malheur du peuple japonais et combien les images de désolation lui remémorèrent de les tristes souvenirs de sa Serbie endeuillée par la guerre civile. Il ne serait dès lors pas étonnant qu’il désirait au moins en partie, dédicacer ce cd à cette cause. Le second paraîtra en janvier 2012 avec la gravure officielle d’une collaboration de longue date entre Marielle Nordmann et Nemanja pour un programme Harpe Violon. Se référant à leurs programmes bien connus, le cd devrait comporter des œuvres de Dvorak, Fauré, Chopin, Tchaïkovski, Saint-Saëns, Oberthür, Massenet et Bartók. Le suspense du troisième enregistrement permet les fantasmes personnels : nous voudrions espérer une gravure d’un programme entre Laure Favre Kahn et Radulovic notamment leur programme « Danses », les Sonates de Franck, Ravel en attendant, même si la rentabilité difficile du marché discographique hypothèque de plus en plus ce genre de rendez-vous, une gravure d’un grand Concerto avec un orchestre de renom.
Le site officiel de Radulovic devrait être mis à jour en son calendrier d’ici quelques jours, au moins pour ses deux premiers mois de Saison. En attendant, quelques recherches ont déjà livré plus d’une vingtaine de rendez-vous dont on retiendra outre les deux sorties discographiques, la semaine de Master classes en septembre-octobre à Aix-les-Bains, le retour au Japon en novembre pour deux rendez-vous sans doute promotionnels du nouvel album, le trio de Paganini en janvier pour Orléans, les trois rendez-vous de mars avec l’Orchestre de Besançon (programme à définir), en avril, Barber pour Toulon, Saint-Saëns en avril et mai pour l’Allemagne, enfin deux concerts espagnols prometteurs pour Bordeaux en juin. Tout ceci étant loin d’être exhaustif.
Une année artistique s’achève, laissant la place à une autre, riche de promesses pour de nouveaux souvenirs, d’autres émotions, rencontres et partages. En attendant la prochaine opportunité d’aller l’encourager en live, souhaitons à Nemanja, l’énergie nécessaire pour mener simplement à bien, le cheminement qu’il désire.
Philippe PONTHIR. Août 2011.

http://nemanjaradulovic.forumactif.com/t127-prochaine-saison-2011-2012-new-season-2011-2012-updated-non-exhaustif#264
avatar
NemanjaFan
Admin

Messages : 222
Date d'inscription : 28/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://nemanjaradulovic.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum