Radulovic & ses Flâneries, échos de la Saison 2010 à Reims

Aller en bas

Radulovic & ses Flâneries, échos de la Saison 2010 à Reims

Message  NemanjaFan le Ven 30 Juil - 1:46


Flâneries / Radulovic et Nordmann concordent.

Publié le vendredi 16 juillet 2010

François NASCIMBENI, l'Union.


Le duo Nemanja Radulovic au violon et Marielle Nordmann à la harpe a joué hier soir dans une salle du Manège comble un programme délicieux qui en a émerveillé plus d'un.
Les cordes des deux instruments sonnaient très bien ensemble et le duo a su trouver un équilibre, tantôt jouant sur les contrastes, tantôt sur l'homogénéité, entre les différents timbres (harpe : cordes pincées ; violon : cordes frottées ou pincées pour les pizz), entre l'accompagnement et la mélodie et dans les nuances.
Un violon émouvant et expressif sachant utiliser le vibrato quand il le faut, au grave plein et chaleureux, à l'aïgu juste et soigné ; une harpe enchanteresse qui nous dessine des ruisseaux de notes sorties on ne sait d'où. Le mystère est là, la magie opère, le public est conquis.
Sublimement accompagné par la harpe, le violon a chanté dans le « Nocturne en do dièse mineur » de Chopin et dans « Après un rêve » de Fauré, il a dansé dans Dvorak et même swingué dans « Les danses populaires roumaines » de Bartok.
Marielle Nordmann nous a époustouflés dans ses deux pièces jouées en solo de par son aisance dans les traits virtuoses, sa maîtrise de l'œuvre et son sens musical affûté.
Le concert respirait la joie et le bonheur de faire de la musique ensemble et de la partager. Généreux de cœur, les artistes ont offert à la salle trois bis dont deux reprises : Bartok et Chopin.
Un grand bravo pour ce duo exceptionnel.

Jean DELOBEL




Dernière édition par NemanjaFan le Ven 30 Juil - 2:11, édité 2 fois
avatar
NemanjaFan
Admin

Messages : 222
Date d'inscription : 28/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://nemanjaradulovic.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Radulovic & ses Flâneries, échos de la Saison 2010 à Reims

Message  NemanjaFan le Ven 30 Juil - 1:50

Quel est votre plus beau souvenir des Flâneries ?
Publié le mercredi 14 juillet 2010, l'Union.


Monique, retraitée Reims
« C'est difficile de répondre. Choisir un moment spécial n'est pas chose évidente car chaque année, il y a une émotion. Cette année cette émotion a été pour le concert de mercredi avec l'orchestre belge dirigé par Walter Weller, et puis il y a quelques années de cela lorsque l'ensemble des symphonies de Beethoven ont été programmées. »
Francine, fonctionnaire
« Ce qui m'a le plus marquée c'est sans conteste la venue de Yehudi Menuhin à la basilique Saint-Remi. Un moment vraiment très fort, impressionnant. Le public l'avait ovationné comme il se doit, un des plus grands moments de ce festival. »
Jean-Pierre, DRH
Rethel
« Non pas vraiment de moment particulier, il s'agit d'un ensemble. Peut-être une fois, un concert qui mêlait sonorités africaines, des rythmes jazz, un mélange de cultures différentes, bref un moment particulier. »
Clémence, étudiante
« J'ai toujours passé de bons moments lors des Flâneries. Mais celui qui m'a marqué le plus c'est l'année dernière, le concert de Nemanja Radulovic aux Crayères. C'était vraiment hallucinant. Assister à une représentation d'un tel virtuose est un moment qui forcement restera gravé dans ma mémoire. »
avatar
NemanjaFan
Admin

Messages : 222
Date d'inscription : 28/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://nemanjaradulovic.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Radulovic & ses Flâneries, échos de la Saison 2010 à Reims

Message  NemanjaFan le Ven 30 Juil - 1:54

Flâneries / Le National de Belgique : un fabuleux orchestre.
Double Concerto pour violon et violoncelle
Radulovic, Gastinel.
Publié le mercredi 07 juillet 2010, l'Union.


Ils arrivent tout droit de Bruxelles. Non… pas ceux du Tour ! Mais l'Orchestre national de Belgique que les Flâneries recevaient hier soir à la Basilique Saint-Remi. Un superbe ensemble de 80 pupitres, fondé en 1936 que bien des chefs prestigieux tels Erich Kleiber ou André Cluytens conduisirent au succès. En outre, cet orchestre mythique accompagne régulièrement les candidats du prestigieux Concours Reine Elizabeth. Depuis 2007, Walter Weller y mène la danse… avec panache et autorité.
Dès le début d'« Impressions d'Ardennes » de Joseph Jongen (1873-1953), les 1 300 auditeurs sont conquis par l'homogénéité de l'ensemble, le velouté des cordes, la magie des bois, la subtilité des nuances… Quel orchestre ! Walter Weller conduit son monde avec une scrupuleuse mise en place ; attentif à chaque détail, il dessine les contours mélodiques avec autant de précision que de souplesse. La fresque pittoresque de Jongen héritée de la tradition de Vincent d'Indy fit d'autant plus sensation qu'il s'agissait d'une « première » à Reims…
Ce qui ne fut pas le cas du double Concerto de Brahms que se partageaient les solistes Anne Gastinel et Nemanja Radulovic. Au poignant récitatif initial du violoncelle répondait un violon plus primesautier, l'un et l'autre se combinant ensuite en un duo concertant qui lançait le véritable discours, magistralement ordonné et ponctué par le chef. L'andante, sans lenteur, fut chanté par une violoncelliste intérieure et pondérée avec en écho, un violoniste plus extraverti, presque trop lyrique par instants. Le final balança son étourdissant rythme trochaïque avec un allant irrésistible couronnant avec flamme cet opus 102, testament symphonique de Brahms.
Dvorak concluait la soirée avec sa 9e symphonie « Impressions et Salut du Nouveau Monde ». L'électrisante direction de Walter Weller fit vite oublier qu'un autre grand orchestre l'avait déjà donnée il y a quatre ans. La fusion du Nouveau Monde et de la Vieille Europe imagée par les trois thèmes de l'Allegro fut jubilatoire ! Le largo exhumait bien des émotions dans ses longues respirations, (délicieux cor anglais !) évoquant le Far-West… et la mort de ses héros que les cuivres pleuraient… Incandescent, le sauvage scherzo célébrait avec fièvre la danse des noces du héros indien Pau-Puk-Keewis issu d'un poème de Longfellow, dont Dvorak s'est inspiré pour les deux mouvements centraux de sa symphonie. Magistralement sculpté, l'allegro con fueco se faisait élégant et racé, à cent lieues des effets pompeux que certains aiment à lui donner. Le rappel des thèmes couronnant l'ensemble de l'œuvre était mené avec de subtiles nuances et une tension progressive qui maintenaient infailliblement le suspense jusqu'au diminuendo final.
Un très grand moment de Flâneries 2010, l'un de ces concerts dont on reparle quelques étés plus loin…
Francis Albou

avatar
NemanjaFan
Admin

Messages : 222
Date d'inscription : 28/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://nemanjaradulovic.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Radulovic & ses Flâneries, échos de la Saison 2010 à Reims

Message  NemanjaFan le Ven 30 Juil - 1:59

Flâneries / Après-midi viennois au Grand-Théâtre
Publié le mercredi 30 juin 2010. L'Union.
Schubertiades
4 Sonates pour Violon/Alto, Piano
Radulovic
Plancade


Le jeu de Nemanja Radulovic et de Dominique Plancade respire la convivialité.


Un, deux, trois instruments pour deux musiciens et un compositeur hier après-midi au Grand Théâtre de Reims : Dominique Plancade au piano et Nemanja Radulovic, au violon et à l'alto, interprétèrent quatre sonates de Franz Schubert.
Le Viennois était à l'honneur dans un théâtre où on ne comptait quasiment aucune place vacante. Pourtant, la tâche n'était pas aisée : interpréter durant tout un concert les pièces d'un seul compositeur ; pièces destinées aux « Schubertiades », ces rencontres amicales autour de Franz Schubert. Il semble bien que le pianiste et le violoniste ont pourtant réussi à recréer une ambiance chaleureuse et intime dans cette vaste salle comble.
Aux passages musicaux très intérieurs tels le second mouvement de la Sonate en ré majeur ou l'andante de la Sonate en la mineur, succédèrent des passages musicaux interprétés avec ironie et humour tendant a rappeler la légèreté du propos. L'évocation de l'ambiance d'un salon viennois s'est faite à travers une interprétation dans laquelle la nuance piano était presque plus expressive que la nuance forte jamais violente ni orchestrale...toute en finesse et en demi-teinte.
L'ordre a quelque peu été modifié par rapport à l'annonce et la fameuse Sonate Arpeggione a prit place en seconde position du programme. C'est pour cette œuvre que Nemanja Radulovic présenta ses talents d'altiste. De la mélodie tendre et cruelle du premier mouvement, il mena le public à une douleur plus mystérieuse encore dans le second mouvement qui éclata, finalement, dans les traits véloces et furieux du troisième mouvement. Les deux instrumentistes ont semblé passer un moment musical au moins aussi agréable que celui des auditeurs. La complicité régnant entre les interprètes s'est transmise à un public conquis. A tous ces bons « moments musicaux », les interprètes ajoutèrent une œuvre légère et « bourdonnante » en guise de bis : L'abeille de...Schubert. C'est sur cette touche imitative et virevoltante que s'acheva le concert unanimement suivi et apprécié.
C. BAZILE

avatar
NemanjaFan
Admin

Messages : 222
Date d'inscription : 28/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://nemanjaradulovic.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Radulovic & ses Flâneries, échos de la Saison 2010 à Reims

Message  NemanjaFan le Ven 30 Juil - 2:01

Flâneries / Des petits joyaux, ces sonatines.Publié le mardi 29 juin 2010, l'Union.


Le violoniste Nemanja Radulovic et le pianiste Dominique Plancade proposent à 16 heures un programme Schubert peu connu du grand public.


C'est une partie peu jouée du répertoire pour piano et violon que proposent aujourd'hui le violoniste Nemanja Radulovic et le pianiste Dominique Plancade.
Si le nom de Schubert est connu de tous les publics, ses sonatines pour violon et piano le sont moins.
En effet, le compositeur a peu composé pour le violon, ce qui est surprenant quand on sait qu'il a pratiqué cet instrument de nombreuses années.
Bien que non représentatives du style schubertien, ces trois sonatines sont des petits joyaux. En effet, les sonates en ré majeur et la mineur se rapprochent de l'écriture de Mozart : un langage fluide aux harmonies classiques.
La troisième sonate en sol rappelle le style beethovénien avec une écriture plus fougueuse et rythmique.
Un tube du répertoire de musique de chambre clôturera le concert : la « sonate arpeggione » de Schubert, l'arpeggione étant un instrument aujourd'hui disparu.
Oui mais, Nemanja Radulovic a plus d'une corde à son… archet !
L'artiste posera donc son violon le temps de cette dernière pièce et jouera en exclusivité pour les Flâneries sur un alto.
Et oui, le jeune virtuose pratiquait également le violoncelle et l'alto à ses débuts. On est doué ou on ne l'est pas…

Cédrine ZWEIN

• « Schubertiades », ce mardi 29 juin, à 16 heures au Grand théâtre. 10 euros •
avatar
NemanjaFan
Admin

Messages : 222
Date d'inscription : 28/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://nemanjaradulovic.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Radulovic & ses Flâneries, échos de la Saison 2010 à Reims

Message  NemanjaFan le Ven 30 Juil - 2:03

Flaneries / Surprises et émotions au Cirque.
Publié le samedi 26 juin 2010. L'Union.


Antoine Pierlot au violoncelle, l'un des nombreux artistes applaudis hier soir au Cirque.


Il y avait comme un petit air de nostalgie en fin de soirée hier au Cirque, lors du traditionnel « concert surprise » qui accueillait l'Ensemble orchestral de Paris. L'occasion pour l'équipe Transart de fêter ses vingt années de bons et loyaux services. Vingt ans, le bel âge, celui de « tous les possibles »…
Le thème de la soirée portait sur la jeunesse. C'est donc sur la fougueuse ouverture des Noces de Figaro de Mozart que débuta le concert. Le jeu était vif et piquant. La « folle journée » pouvait commencer…
Le public a pu assister à l'un des plus beaux défilés d'artistes que les Flâneries aient jamais accueilli : la soprane Katarina Jovanovic, les pianistes Marcela Roggeri et Bruno Fontaine, les violonistes Olivier Charlier et Nemanja Radulovic, le trompettiste Romain Leleu et le violoncelliste Antoine Pierlot.
Le programme, composé d'extraits d'œuvres, ne cherchait pas à mettre en valeur la virtuosité des interprètes. Beaucoup de seconds mouvements au tempo lent : celui du concerto pour violoncelle de Haydn, du concerto pour piano n°20 de Mozart, la charmante romance extraite du concerto pour violon n°3 de Mozart (sublime interprétation d'Olivier Charlier), sans oublier la douceur des doutes qui assaillent la jeune Suzanne interprétée par Katarina Jovanovic et la chaleur qui émanait du jeu de Marcela Roggeri dans des œuvres de Piazzola. Quel régal !

Emouvant « Joyeux anniversaire »

Mais le programme laissait la place également à des moments plus virtuoses : Nemanja Radulovic interprétant le 3e mouvement du fameux concerto de Mendelssohn, Romain Leleu jouant le 3e mouvement du concerto de Hummel.
Un autre moment fort : celui de l'interprétation d'Incanto par l'Ensemble orchestral de Paris en présence de son compositeur, Eric Tanguy.
Le concert s'est achevé de la même manière qu'il avait commencé : dynamique et enthousiaste.
L'orchestre, sous les applaudissements du public, a interprété un émouvant « Joyeux anniversaire ». Le message est passé !

Cédrine ZWEIN
avatar
NemanjaFan
Admin

Messages : 222
Date d'inscription : 28/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://nemanjaradulovic.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Radulovic & ses Flâneries, échos de la Saison 2010 à Reims

Message  NemanjaFan le Ven 30 Juil - 2:07

Flâneries / Les coups de cœur.


Publié le jeudi 17 juin 2010. L'Union.


Voici revenu l’heureux temps des Flâneries, moment de grâce pour les mélomanes où, pendant cinq semaines, ils pourront s’abreuver à leur source favorite… Le festival « classique » de cette année comporte 43 concerts : 8 concerts symphoniques, 18 concerts de musique de chambre, 12 récitals de piano, 2 manifestations chorales (dont le Requiem de Mozart), 2 récitals de mélodies et un concert baroque.
« Choisir » dans cet éventail prestigieux n’est guère aisé… On aurait tendance à se laisser griser par le prestige de certaines grandes stars dont la seule présence à Reims est en soi un événement. Mais il ne faut pas négliger l’intérêt des œuvres, leur rareté parfois, ainsi que l’équilibre et la cohérence du programme… un programme qui peut parfois susciter un attrait pédagogique non négligeable.
Nous avons sélectionné dix rencontres dans quatre catégories distinctes :
Musique symphonique
Quatre concerts symphoniques nous apparaissent essentiels. Celui du mardi 6 juillet, pour la cohésion de son programme (Jongen, Brahms, Dvorak), la fougue de ses solistes (Anne Gastinel et Nemanja Radulovic) et le prestige du grand chef autrichien Walter Weller qui fut le violon solo du Wiener Philharmoniker.
Le samedi 10 juillet, le Cirque accueillera à nouveau l’excellent Baltic Chamber Orchestra qui proposera de chanter dans son arbre généalogique avec des pages de Shostakovich et - surprise ! - la très rarement jouée Seconde Symphonie pour cordes et trompette d’Arthur Honegger.
On ne boudera pas la clôture avec son étonnant programme Haydn par l’Ensemble Orchestral de Paris. Comment ne pas être ému, ce mercredi 21 juillet, d’entendre la symphonie Les Adieux en guise de coda à la carrière rémoise d’Hervé Corre de Valmalette qui nous a tant et tant régalés en vingt ans ?
Musique de chambre
Chacun se laissera séduire le samedi 19 juin par le flamboyant duo italien Dego-Leonardi qui nous guidera dans trois grandes partitions romantiques signées Schumann, Paganini et Franck. De la virtuosité à la sagesse, en passant par l’exaltation… bien des visages du Romantisme !
Le samedi 10 juillet sera un jour béni. Bien sûr, on pourra savourer le velouté du Quatuor Voce en compagnie d’Ophélie Gaillard ! Mais Schubert sera aussi parmi nous avec l’un de ses plus intenses chefs-d’œuvre couronnant toute l’histoire de la musique de chambre : le Quintette en ut. Au sortir d’un tel concert, on n’est plus tout à fait le même…
Benjamin Britten est trop peu joué pour que l’on se dispense d’assister à un événement qui lui est intégralement consacré. Si l’on connaît à peu près bien Peter Grimes ou Billy Budd, on ignore trop souvent les pages symphoniques et la musique de chambre du grand maître britannique. Ses trois Suites pour violoncelle jouées le vendredi 16 juillet par l’éloquent archet d’Antoine Pierlot, comptent parmi les merveilles du genre…
Récitals de piano
Dans la riche moisson pianistique, on soulignera le concert du dimanche 20 juin donné par le maître espagnol Joaquin Achucarro. Outre un hommage à Schumann (les grandioses Etudes Symphoniques opus 13) il consacrera l’essentiel de sa prestation à de grandes compositions espagnoles trop souvent négligées, telles que les trois cahiers d’Iberia d’Isaac Albeniz et la Fantaisie Baetica de Manuel de Falla.
Au cœur de ce millésime Chopin, on aura plaisir à retrouver le grand Paul Badura-Skoda nous donner sa vision très personnelle du compositeur le samedi 26 juin par le biais de quelques Mazurkas, Ballades et Nocturnes. Mais il restera fidèle à ses racines viennoises en interprétant deux sonates de Beethoven, dont la sublime opus 110.
Le dimanche 18 juillet, Schumann, Chopin et Liszt seront au programme de la discrète et pourtant très grande dame du piano, Vanessa Wagner. Elle a choisi des pages tardives des trois compositeurs, donnant ainsi une image moins « grand public » de leur production. Les Nuages gris ou la Lugubre gondole de Liszt annoncent davantage la disparition de la tonalité qu’elles n’évoquent les mélopées et les rythmes d’Europe Centrale…
Mélodies
Le mercredi 7 juillet, Katarina Jovanovich mettra en perspective le lied et la mélodie. L’Amour et la Vie d’une femme de Schumann (l’un des cycles majeurs du Romantisme allemand) et quelques extraits des lieder italiens d’Hugo Wolf pour honorer le lied germanique ; les Chansons de Bilitis et des mélodies de Raynado Hahn pour illustrer la mélodie française.
Un programme subtil, pédagogique… et passionnant !
Mais que de bonheur également caché dans les autres concerts !
Francis ALBOU
avatar
NemanjaFan
Admin

Messages : 222
Date d'inscription : 28/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://nemanjaradulovic.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Radulovic & ses Flâneries, échos de la Saison 2010 à Reims

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum